Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Societé Historique du Pays de Salers (SHPS)

Salers par Frédéric ANGOT et Jean-Pierre LACOMBE

20 Août 2014, 00:01am

Publié par Société Historique du Pays de Salers

img013.jpgLe village de Salers n'en finit pas de ravir les plumes et les objectifs.

 

Un binôme s'est essayé cette saison à un délicat mariage, dans la lignée de l'ouvrage que Philippe GARRIGUE (+) et Alain DELTEIL avaient publié voilà quelques années.

 

Notre blog est cité en référence et nous en remercions les auteurs, preuve que notre présence comble un manque en terme de référence sur Salers et son pays et notre combat pour le classement du Pays de Salers au Patrimoine Mondial de l'Humanité.

 

Au cours des pages, il nous apparait important de préciser quelques aspects historiques:

 

P 15:

Lorsqu'il est précisé que la seigneurie de Salers sera indivise entre les barons de Salers et les marquis de Pesteils, il faut rappeler que les barons de Salers cessent d'être seigneurs de la cîté après les grands jours d'Auvergne en 1666 et que la famille de Scorailles-Mazerolles reprend le fief. La "marquise" de Salers s'eteindra en 1820 sans descendance après son divorce d'avec le comte de Naucaze, ainsi prend fin la "seconde race" des seigneurs de Salers.

 

P 16:

Pire de des réticences, le baron de Salers a invoqué un crime de "lèse-seigneurie" pour s'opposer à l'érection des murailles de Salers et porté l'affaire en justice.

 

P 25:

Il n'y a jamais eu de "cordeliers" à Salers mais des Franciscains Récollets à Barrouze dès 1625 grâce à la comtesse de Caylus jusqu'à la vente du couvent en tant que bien national.

Les "filles de Marie" sont un terme impropre qui prête à confusion avec d'autres congrégrations, l'ordre présent à Salers de 1646 à 1905 est la "Compagnie de Marie" (ODN pour Ordo Dominae Nostrae) fondée par Jeanne de Lestonnac.

Enfin, les "missionnaires" auraient mérité qu'on précisât qu'ils étaient diocésains.

Il est par ailleurs dommage qu'aucune référence ne soit faite aux prêtres-filleuls qui, pendant plusieurs siècles, ont assuré l'évangélisation de la Haute-Auvergne (je renvoie ici au mémoire de maîtrise que j'ai soutenu avec Olivier CHALINE en 2002 à la Sorbonne: Histoire Religieuse de Salers à l'époque moderne).

 

P 43:

Une observation de forme mais pour mémoire, dans les années 80, c'est l'office de tourisme du syndicat des quatre cantons qui s'installe au rez-de-chaussée de la mairie, la communauté de communes n'étant créée que vingt ans plus tard...

 

P 45:

Il n'y a plus de débat sur le musée de salers, il n'a rien de "templier". Cette demeure est bâtie après la destruction de l'ordre et les références symboliques sont le fait d'Israël de MOSSIER, Commandeur de l'Ordre de Malte.

 

D'autres observations sont à prendre avec des pincettes concernant les villages en pays de Salers.


Enfin, léger regret, on nous annonce une biographie de notre regretté ami, Philippe GARRIGUE mais hélas, elle ne figure nulle part.

 

 

 

 

A consulter néanmoins pour les sagranophiles !! (10€ www.unautrereg-art.com)

Commenter cet article