Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Societé Historique du Pays de Salers (SHPS)

De Salers à Madrid

15 Février 2010, 00:00am

Publié par Société Historique du Pays de Salers

A la lecture des registres paroissiaux, le couple Antoine VIDAL cordonnier et Anne CIFLOT (écrit parfois CHIFLOT)  pourrait passer pour une paisible famille sagranière du XVIIème siècle. 

Ils ont laissé au moins 9 enfants tous nés à Salers : 

  • 16/08/1644 Jehan VIDAL
  • 27/12/1646 Pierre VIDAL
  • 01/09/1648 Jehan VIDAL
  • 13/03/1650 Antoine VIDAL
  • 21/01/1652 Halis VIDAL
  • 01/08/1655 Jehan VIDAL
  • 30/12/1656 Pierre VIDAL
  • 12/03/1659 Barbe VIDAL / décédée le 12/11/1688
  • baptême du 12/06/1665 Guillaume VIDAL, né en 12/1664


Il faut consulter les archives notariées pour en apprendre plus. Ainsi, le 02/12/1681, Jean VIDAL, leur fils, fait l’inventaire de la maison familiale en déclarant que son aïeul et son père sont décédés depuis longtemps au royaume d'Espagne.

Le père  : Antoine VIDAL a rendu l’âme à Madrid  14 ans auparavant (1667), et jusqu'alors la mère, Anne CIFLOT (décédée le 18/04/1691 à Salers), a géré seule la maison située au quartier Delbos à Salers (près de l’actuel cimetière).

Une histoire assez banale des familles de migrants, dont l'absence temporaire pouvait devenir définitive. 

Source : Registres paroissiaux, et Archives Départementales du Cantal 3E267/603

Commenter cet article

Jean Louis LESCURIER 26/04/2011 15:33


Bonjour,

Je fais actuellement une recherche deJeanne VIDAL épouse D'Antoine LESCURIER ayant eu un fils : Louis LESCURIER, mon ascendant. Ce fils est né le 5 janvier 1732 à Fontanges. Merci de votre aide

JL LESCURIER


Isabelle Fernandez 26/04/2011 18:34



Bonjour


Si j'ai dépouillé les registres de Salers, je n'ai pas fait ceux de Fontanges. Je n'ai pas ce couple dans les bases. Par contre le patronyme Lescurier était présent à Salers. Exemple : 20
janvier 1717 mariage de François Lescurier et Catherine Claux, il est fils de François Lescurier et Marguerite de Valens.


Merci de nous lire


Isabelle Fernandez