Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Societé Historique du Pays de Salers (SHPS)

Le château de Jarriges

4 Octobre 2009, 23:00pm

Publié par Société Historique du Pays de Salers

Jarriges sur l'actuelle D22 en direction de Tougouze, était  un fief possédé par la famille de JARRIGES. Les héritiers d'Etienne de JARRIGES vendirent en 1562 le domaine à François de CHALVET, seigneur de Fréluc.

Françoise de CHALVET sa fille unique, porta cette terre en dot à Jacques FAYE seigneur DESPESSES, président au Parlement de Paris. L’abbé de LAUGERON héritier des DESPESSES la vendit vers 1718 à Claude DESCHAMPS.

 

Saisie à Pierre FAYE DESCHAMPS, elle fut adjugée  aux enchères au Parlement de Paris le 20 juillet 1784. Le 28 septembre 1784 Alexis MABRU, président trésorier de France au bureau des finances de la généralité de Riom, demeurant à Clermont-Ferrand, vint faire l’inventaire du bien qu’il avait empoché pour la somme de 70 250 livres.

Cet inventaire nous laisse une idée du domaine, alors en piteux état.

La cour du château de JARRIGES était fermée de murs en pierre sèche, sauf le devant.

Au rez de chaussée du château se trouvait la cuisine avec sa cheminée (et son fusil accroché au mur), un évier en souillarde, et un sol en pierre de taille. Les vitres des fenêtres étaient brisées.

 

La cuisine était naturellement prolongée par la salle à manger, les deux pièces étaient séparées par des murs intérieurs en torchis. La porte d'entrée principale du château débouchait sur un  vestibule d'où un escalier et sa rampe en bois de chêne montaient aux chambres. La salle à manger était suivie d'un salon.

Les contrevents étaient presque tous pourris comme le plancher des étages.

Au 1er étage, le vestibule était éclairé d'une fenêtre; à gauche une chambre était exactement au-dessus de la cuisine, elle comportait   2 fenêtres et une cheminée. A droite une autre chambre se trouvait au-dessus de la salle à manger,  elle avait aussi 2 fenêtres, une cheminée et une armoire dans l’épaisseur du mur.

 

S'ensuivait une autre chambre au dessus du salon, celle-ci avec 4 fenêtres et 1 cheminée.

Le même escalier menait au 2ème étage avec toujours une fenêtre ouverte sur le vestibule. A sa gauche : 1 chambre avec 2 fenêtres et une cheminée. A sa droite : 1 chambre avec 2 fenêtres et une cheminée, suivie d’un appartement avec 1 cheminée.

L’escalier poursuivait jusqu’au grenier qui faisait toute la largeur de la bâtisse et comportait 6 fenêtres.

Il est mentionné une tour à l'extérieur qui menaçait ruine.

La maison du fermier était attenante au château.

 

Il semblerait que l'actuelle maison de Jarriges corresponde à la description faite dans l'inventaire de 1784. Seule la tour a été ruinée.

 

Commenter cet article

LAJARRIGE 22/11/2009 08:58


bonjour,
juste une petite erreur ,il ne s'agit pas d'Alexis Mabra mais Mabru,famille bien connue.
Goldsmith dit des choses interessantes sur
le chateau de Jarrige mais je ne possède pas sa thèse...
votre site est très intéressant .
cordialement


Isabelle Fernandez 22/11/2009 16:38


Merci pour la rectification. Les actes sont parfois difficiles à déchiffrer et je me suis écarquillée les yeux sur ce nom.
J'ai le livre de Goldsmith, je vais regarder.
Cordialement


Uline 07/10/2009 19:14


Belle initiative que votre association, longue vie à vous