Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Societé Historique du Pays de Salers (SHPS)

Le couvent des Récollets (1)

14 Juin 2009, 23:00pm

Publié par Cédric Tartaud-Gineste

Le 14 juillet 1624 les sagraniers apprennent que Jeanne de Lévy, comtesse de Caylus, dame de Pestel  et pour moitié de Salers a offert 1000 livres et les matériaux nécessaires à la construction d'une église et d'un couvent des Récollets à Salers.

 

Un complément de 3000 livres de dons fut nécessaire pour l'achèvement du projet.  


L'accord de l'évêque de Clermont fut nécessaire avant d'ériger une croix  le 4 octobre 1625 (qui n'est pas la croix actuelle de Barrouze). Quelques maisons de Barrouze furent achetées et les Récollets en prirent possession le 8 décembre 1625.


Le couvent avait une quinzaine de cellules. Il était constitué d'une église avec sacristie et corps de logis à trois ailes formant un cloître carré. La vente de 1791 décrit : «  une église en forme de parallélogramme, trois chapelles sur le côté gauche, derrière le maître autel la sacristie sur laquelle se trouve une chambre servant autrefois de coeur (choeur)* pour les moines. ».

 

Tandis que la maison conventuelle se présentait comme suit : vestibule, cloître, cuisine voutée, chambre, autre vestibule, chambres à l'étage, bibliothèque et lieu d'aisance. Il y avait aussi un cimetière comme nous l'avons évoqué dans un précédent article.


Ce couvent a presque été intégralement détruit  pendant la révolution. 

 

Des ruines, l'abbé Cheyrier, curé de Salers a fait retirer un linteau de porte ogival (voir photo) représentant deux bras cloués sur une croix (armes de la pitié des Récollets) et  l'a fait placer au-dessus de la porte méridionale de l'église St Mathieu.

 

Seul aurait subsisté à gauche de l'avenue de Barrouze, un bâtiment dont l'intérieur comporte une salle voûtée dernier vestige du couvent qui s'étendait depuis Barrouze jusqu'à la rue des Nobles.  


*Merci à Madame Lucie DORSY, Directrice des Archives Départementales, d'avoir attiré notre attention sur cette erreur de transcription (2016).

Commenter cet article

Henri+Bourjade 15/06/2009 21:28

Jacques de Lévis-Caylus, compte de Caylus, son frère, était un des favoris d'Henri III. En 1578, il est tué en duel par Jacques de Balzac d'Entraigues.