Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La Societé Historique du Pays de Salers (SHPS)

Une Chasse au loup 1690

24 Novembre 2008, 00:00am

Publié par Henri Bourjade

Nous remercions Henri Bourjade de nous avoir transmis la copie d'un procès-verbal d'une chasse au loup qui s'est déroulée en 1690, à Saint Illide, signée François de Salers de Scorailles.

 

Ces documents proviennent de la famille de Scorailles, château de Chanterelle, Saint Vincent de Salers.

 

"Le 10 mai 1690, après-midi, au lieu-dit de la Bountat, paroisse de Saint Illide, avec devant nous Jean de Sarauste, docteur en droit et juge de la cour ordinaire de la Bountat, assisté de maître Jean Borieu, procureur d'office de Jean Sarrauste, greffier de la dite justice, à ce mandés et appelés par haut et puissant seigneur François de Scorailles Chevalier Baron de Salers, Mazerolles, Chaussenac, Saint Paul, Saint Bonnet et autres places, capitaine pour le roi du château de Crèvecoeur, lieutenant de la louveterie dans le vice-baillage d'Aurillac et ses environs.

S'est présenté le dit Seigneur, lequel en ladite qualité de lieutenant de la louveterie, ayant fait apporter en ce lieu une louve de plus d'un an, nous a dit et déclaré en présence d'Anthoine Bourbon, maître maréchal-ferrant, Fabien Caband maître maçon, Jean Ribeyrol chaudronnier, Nicolas Veyrière, Guillaume Cassanier et Anthoine Bourbon, manants principaux et plus notables, habitants du dit lieu, à ce pareillement appelés, qu'assisté des sieurs Reymond du Peyrac, Peyrac de Jugeals, seigneur du dit lieu le Bountat, Veillian, Saint Christophe en partage et autres places, François du Bois seigneur de Marsenac et François Boussac de Pruns, qu'il aurait priés et employés à la chasse du loup, a pris aujourd'hui ladite louve dans le bois appelé le la Bountat, qui a été longtemps chassé par les chiens courants et ensuite tiré et tué d'un coup de fusil par sieur de la Barrière aussi prié et employé à ladite chasse, en conséquence l'ayant fait porter au dit lieu comme étant la justice la plus proche de l'endroit ci-dessus où ladite prise a été faite, nous a requis procès verbal de ladite prise et présentation qui a été faite de ladite louve et ensuite faire déclaration des paroisses et villages qui sont englobés de deux lieues à l'environ de l'endroit de ladite prise afin de se pourvoir par ledit Seigneur où il appartiendra pour obtenir commission sur la levée des droits à lui attribuées par les ordonnances et règlements pour la prise de ladite louve.

Sur quoi, nous juge susdits avons au dit Seigneur ce requérant donné acte de ladite prise et présentation de ladite louve, ensemble de la déclaration par ledit Seigneur qu'il fait sur la forme et manière de la dite prise et par les susnommés qui ont attesté à faire icelle. Et après avoir pris l'avis des dits principaux habitants ici présents, disons et attestons qu'aux environs de ladite prise, dans l'étendue de deux lieues, sont les paroisses de St Illide, St Victor, Arnac, St Martin Cantallès, St Martin près St Cernin, St Cirgues, St Cernin, St Santin, Tessières, Jussac, Saint Paul des Landes, Marmaniac, Tournemire, Saint Chamans, Girgols, Ayrens, Naucelles, Reilhac, Crandelles et villages dépendants d'icelles, dont nous avons fait et dressé procès verbal pour servir et se pourvoir par ledit Seigneur pour la levée et perception de ses droits ainsi qu'il verra à faire et cependant nous avons retenu la teste de ladite louve que nous avons fait attacher à la porte dudit Anthoine Bourbon maître maréchal-ferrant dudit lieu de la Bountat et en foi de tout avons signé avec ledit Seigneur les susnommés assistants, Bourbon, ledit procureur d'office et notre greffier, les autres habitants ne l'ont pu faire de ce sommés.   Salers de Scorailles.  "    

 

 

P.S. :

-tuer un loup donnait droit à une récompense à l'époque, c'est pourquoi un acte officiel est rédigé et la tête de la bête précieusement conservée. Seuls les "nobles" pouvaient, légalement, chasser, en particulier le loup. Et  la rétribution pour cette chasse au loup s'ajoutait aux impôts que devaient payer les ruraux.

 

-La Bountat : Château de la Bontat, commune de Saint Illide.

 

-Marsenac : il s'agit de Marcenat. Un François Dubois (ou du Bosc) est dit seigneur de Marcenat en 1628. Madeleine du Bosc, épouse en 1733 de Raymond de Peyrac de Jugeals semble descendre de ce François Dubois. Là aussi un écart de deux ou trois générations avec un lien établi les généalogistes.   

 

- François de Scorailles de Salers, né vers 1662, fils d'Annet de Scorailles et de Diane Magdeleine de Salers. Gouverneur du château de Crèvecoeur, en 1690, à la suite de son père. Il épouse en 1691 Marie Françoise de Caissac de Sedaiges. Il est décédé en 1717 au château de Mazerolles près de Salers. 

Commenter cet article